Densifier le tissu existant

À côté des zones identifiées, il convient de déterminer comment utiliser intelligemment ces territoires pour y intégrer les projets de logements, de commerces, d’entreprises, …

Concrètement, il s’agit d’intervenir sur le comblement de dents creuses, la construction des terrains non bâtis, la restructuration des grands îlots, l’aménagement des logements vides au-dessus des étages des commerces, l'urbanisation des friches ...

5 principes seront appliqués pour permettre de densifier certaines zones :

  • Une bonne accessibilité en transports publics

Un rayon de 600 mètres est tracé entre la zone potentielle et les transports publics existants ou à venir (avant 2020). Un logement situé dans ces zones bénéficie d’une bonne accessibilité en transports publics, qui permet aux habitants un usage minimum de la voiture.

  • Une proportion adéquate de la distance entre les fronts bâtis

L'objectif consiste à préserver les qualités d'ensoleillement et de vue. Le principe historique retenu est de limiter la hauteur des bâtiments à la largeur de la rue, avec le cas échéant des étages en recul.

  • Le respect du patrimoine architectural

Le troisième principe vise à la sauvegarde et la valorisation du patrimoine qui nécessite un encadrement strict dans ses alentours

  • La présence suffisante d’espaces verts

Des rayons de 400 m ont été pris en compte autour des espaces verts de plus d’un hectare, correspondant à un trajet de 5 minutes à pied. Pour les espaces verts de moins d'un hectare, le rayon d’accessibilité appliqué est de 200 m.

  • La taille des parcelles et des îlots

Les îlots de grande taille et de faible densité présentent de fortes opportunités en matière de nouvelles constructions, augmentation des gabarits…