Le stationnement

Il y a quelques années, à l’époque du « tout à la voiture », le nombre de places de stationnement a été fortement augmenté pour répondre à la demande automobile croissante. Conséquence : de nombreuses voiries bruxelloises sont actuellement saturées et les espaces publics souvent détériorés.

Le nombre de places a néanmoins été réduit ces dernières années pour atteindre 264.199 places en 2014 (contre 293.057 en 2010). Cette tendance doit être poursuivie mais pas au détriment des riverains.

Le premier plan régional de stationnement ainsi que les plans d’actions communaux de stationnement ont constitué une première étape qu’il est nécessaire de poursuivre. Parallèlement, une Agence régionale de stationnement a été mise sur pied. Les communes qui le souhaitent peuvent lui déléguer le contrôle et la perception du stationnement, le suivi des plans d’action communaux, la mise en œuvre d’une politique de stationnement vélo, etc.

Le PRDD préconise de :

  • Réduire le nombre de places en voirie en-dessous de 200.000
  • Créer 20.000 places hors-voirie à destination des riverains

Comment ?

  • En permettant aux riverains d’accéder aux parkings publics et privés en dehors des heures de travail (mutualisation de l’offre)
  • En utilisant les stocks non encore gérés de places existantes (parksharing)
  • En construisant de nouveaux parkings hors voirie
  • En augmentant le nombre de stationnement vélo et moto de 50%
  • En communiquant clairement l’offre de stationnement en parkings publics en mettant en place le téléjalonnement
  • En développant une meilleure offre de stationnement pour les livraisons